Jour " J " un jeudi " tout est permis " , mais attention car Papa et Maman ont des "antennes" .

Quand Mathias sera plus grand, ce sera un écolier .

L’écolier

J’écrirai le jeudi j’écrirai le dimanche
quand je n’irai pas à l’école
j’écrirai des nouvelles j’écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles et les bestioles
puis je voyagerai j’irai jusqu’en Iran
au Tibet ou bien au Népal
et ce qui est beaucoup plus intéressant
du côté de Sirius ou d’Algol
où tout me paraîtra tellement étonnant
que revenu dans mon école
je mettrai l’orthographe mélancoliquement

Raymond Queneau

Mais au sujet du "jeudi" et l'école !

  • Jusqu'en 1972, les élèves de Primaire n'allait pas à l'école le jeudi, il est remplacé par le mercredi en 1972 à 2014, puis par le samedi à partir de 2014.
  • Les élèves au Collège et au Lycée n'allait pas à l'école le Jeudi jusqu'en 1969, de 1969 à 1972 les élèves vont à l'école le jeudi matin (en remplacement du samedi), le Jeudi matin est aujourd'hui remplacé par le mercredi matin depuis 1972, ce jour-là étant peu travaillé dans l'emploi du temps (les heures de cours y dépassant rarement une demi-journée).
  • « La semaine des quatre jeudis » est une expression familière désignant une semaine idéale mais imaginaire, existant depuis le xve siècle, bien que ce fût d'abord "la semaine des deux jeudis" : il est probable qu'à cette époque mercredi était encore un jour maigre (sans petit déjeuner, ni viande, ni œufs ni laitages) comme c'est encore le cas chez les chrétiens orientaux. Jeudi étant donc un jour gras entre deux jours maigres, on pouvait rêver d'un deuxième jeudi pour avoir plus de temps pour se refaire avant le jeûne du vendredi (d'autant que samedi était devenu un jour maigre dans le monde latin). On exagéra au xvie avec trois jeudis (cf. Pantagruel, chap. 1) et au xixeavec quatre. Puis les enfants s’approprièrent cette expression quand le jeudi devint leur jour de repos scolaire (de 1945 à 1972), pour parler d’une semaine idéale mais imaginaire où l’on ne travaillerait que 2 jours (4 jeudis + 1 dimanche pour se reposer). Effectivement jusqu’en 1972, dans la scolarité française, le jeudi était jour de congé tandis que le mercredi était travaillé : l’abandon progressif du samedi après-midi comme période de travail amena à rééquilibrer la semaine en basculant le repos du jeudi au mercredi en septembre 1972 (arrêté du 12 mai 1972). Avec quatre jeudis (non travaillés) et un dimanche, il ne resterait que deux jours d'école. Le repos hebdomadaire est depuis passé au mercredi mais l'expression est restée inchangée. Elle est généralement employée pour désigner un événement qui n'aura jamais lieu. Par exemple :
    Ça y est ! On va pouvoir se payer des vacances.
    Chouette, quand cela ?
    La semaine des quatre jeudis !

    La-cloche-a-sonne_large

    ecole-dautrefois

     

    Bonjour, je m'appelle Mathias, ma gentille nounou Lyse est encore malade, j'en ai ""essayé" une autre, mais comme disent les adultes, ça n'a pas marché; moi je suis content; ce matin mon "pépé" est venu me chercher tôt; tout était prêt ( il en faut des choses pour un bébé ) !

    Mon papa a fait des recommandations à mon pépé ( qui est son papa ) mais j'ai été très sage, je n'ai pas parlé au chauffeur, ni gigoté pendant le trajet ! Je sais me tenir !

    Pépé s'occupe bien de moi, pour me changer ( je lui ai offert 2 beaux cacas ) m'habiller, me coucher etc il est très occupé aujourd'hui avec ses 2 bébés ( mémé et moi) .Vous ne devinerez jamais ce que mémé a décidé ? Me trouver un parc, pour faire de la musculation; bras et jambes :) Une de ses anciennes adorables, lui a livré un parc hier soir et pépé n'a pas dit que c'était une mauvaise idée d'ailleurs ! Moi super heureux, j'ai bien joué et bien rigolé avec pépé et ensuite mémé ! Elle est venue me faire la causette, pendant que pépé cuisinait pour moi, il a mitoné un riz cantonais avec des produits frais, hum hum hum je me suis régalé, ensuite mon petit St Moret, un Flamby et une petite banane, pépé m'a appris à trinquer "tchin, tchin" ça aussi c'est rigolo ! J'oubliais : hum hum hum pour terminer un petit carré noir intense ! Je me suis régalé aussi et ....j'ai pu me lécher les babines :)

    Un petit bout comme moi, doit faire une grande de sieste, mais pas de chance pour moi et mon pépé, heureusement que mémé veille sur moi, elle m'a entendu pleurer, rebelote un 3ème caca pour mon pépé, et moi mon pauvre petit derrière n'était pas content, venait s'aouter une belle rage de dents . Pépé assisté de mémé a mis en place le plan ORSEC, en rien de temps mes "fesses" retrouvaient douceur et volupté ....J'ai pu terminer ma petite sieste et à mon réveil, une promenade en poussette; pour terminer la journée, le petit goûter puis RANGEMENT !

    Pépé a eu sa dose, je vais lui faire perdre la tête; il a oublié l'écoute-bébé et ma serviette - garde-manger !

    Pas grave, j'ai passé une si belle journée, mémé m'a raconté des histoires, et s'est amusée à jouer avec des mots .

    Mémé avait fait faire des beaux tricots par une amie bien gentille Doris . C'est une fée ! Merci Doris, je vais faire craquer les filles .

    DORIS

    DORIS20151104_202732

    DORIS20151104_202854

     

    Je suis rentré avec lui autour du coup, car le froid arrive !

    DORIS20151104_202911