240316

 

Le temps passe...

On vit notre jeunesse, on élève nos enfants, on travaille et, un beau jour, l'âge de la retraite sonne. Moment qui arrive si vite qu'on a l'impression de n'avoir rien vu passer.

Pourtant, quand on y pense, on a eu une vie bien remplie.

On regarde derrière soi et on s'aperçoit que le monde ne sera jamais plus pareil à nos yeux. On a déjà perdu tant d'êtres chers qui faisaient partie de notre vie, qui ne sont plus là et dont l'absence change toute notre vie. Nos parents qui sont partis, une bonne copine qui a succombé à un cancer à l'aube de la cinquantaine, des personnalités publiques qui nous ont inspirées,  qui nous ont aidés à avancer dans la vie et qui sont aujourd'hui disparues. La musique qu'on aimait et qui est aujourd'hui tout à fait «has been», bref tout ce qui a meublé notre vie et nos soirées.

Je comprends les gens très âgés de n'avoir plu aucun repère dans la société. Ce qu'ils ont vécu n'est plus, ceux qu'ils ont connus, ceux qu'ils ont aimés ne sont plus. Miette par miette, ils ont vu leur univers se désagréger, se dissoudre, s'éteindre. Ce qui explique sans doute la solitude dans laquelle ils se trouvent et que rien ne peut combler.

Le monde change, évolue et progresse sans cesse, pour les générations qui nous suivent. C'est le cycle de la vie. Même si c'est souvent pénible d'y penser, nous leur laisserons notre place pour qu'ils façonnent le monde à leur façon.

Nous avons eu notre vie, à eux aujourd'hui de profiter de la leur et de la transmettre à leur tour à ceux qui les suivront.

N'ayons ni regret ni nostalgie, c'est l'horloge de la vie qui tourne pour tous.

I1206