Avant hier dimanche soir 13 novembre : il est 19h30, nouvel épisode douloureux pour Michèle quand soudain elle est prise d'une sorte de toux et de hoquets. Elle suffoque et elle est en phase de désaturation rapide : son taux d'oxygène passe de 95% à 42% en moins d'une minute et son visage commence à prendre une vilaine couleur. L'équipe soignante arrive et nous prie de sortir. Attente ! Angoisse ! Retour dans sa chambre 15 minutes plus tard et nous (je suis avec Maman - 83 ans) retrouvons notre Mimi avec un visage plus apaisé ! Trop de mucosités dans sa trachée, trop de condensation dans la tuyauterie : le fil de la vie est bien ténu. Cela nous plonge dans le désarroi et nous comprenons que le retour à une respiration plus autonome sera long. 

Hier lundi 14 novembre : fait navrant, quand nous arrivons avec Rémi vers 14 heures, Michèle est dans son fauteuil visiblement mal à l'aise. Nous essayons de mieux la caler avec une infirmière... rien n'y fait puis quelques minutes plus tard, Michèle prend l'ardoise et y trace de rage 2 mots :

"corset à l'envers"

Je vérifie : effectivement les attaches en velcro ne sont pas dans le sens habituel. Je vais trouver une infirmière et lui signale l'erreur ! Oups : bonnet d'âne !

Lorsque les infirmières sont reparties, Michèle jette quelques mots sur l'ardoise avec une rage muette :

"j'ai l'impression d'être prise dans un engrenage, de n'être qu'un cobaye !"

"quand je pourrai parler, je balance tout  !"

19 heures : je propose à Mimi de mettre la télé histoire de faire passer ces longues heures insupportables : elle ne peut pas lire et la télé ne demande pas trop d'effort (ça c'est bien vrai comme dirait la mère Denis). Je cherche la télécommande. Comme tous les jours : elle a disparue... bon prince et sans m'énerver je vais demander une télécommande... j'en obtiens une mais sans garantie de fonctionnement.

Effectivement elle ne fonctionne pas, je retourne voir les infirmières et là on me donne 3 télécommandes du même tonneau. Je les rends 5 minutes plus tard : toutes aussi muettes les unes que les autres ! Je garde mon calme mais en partant une demi-heure plus tard, je signale de façon assez sèche à l'infirmière que demain je souhaite vivement qu'une télécommande qui fonctionne soit mise à disposition de Michèle. Elle n'est pas dans le potage, elle est consciente et a besoin d'un peu de distraction pour qu'elle de tombe pas davantage dans la déprime !

Réponse : "Voyez la chef demain, son bureau est là"

Soyez en sûr, je n'y manquerai pas !

Raymond - 15 novembre 2016 à 9 heures