Mercredi 16/11 23 heures :

Michèle a fait un arrêt respiratoire suivi d'un nouvel arrêt cardiaque vers 18 heures alors que j'étais auprès d'elle. En fait je ne l'ai su que vers 20 heures. Vers 18 heures, voyant qu'elle avait des difficultés à respirer et voyant le taux d'oxygène baisser, je suis allé chercher une infirmière. Deux infirmières m'ont rejoint dans la chambre alors qu'elle commençait à suffoquer et j'ai été prié de sortir, pensant qu'elle avait uniquement besoin d'une aspiration des mucosités dans sa trachée, comme ça arrive plusieurs fois par jour.

Mais l'attente a duré près de 2 heures. A deux reprises je me suis pointé vers la chambre de Mimi, mais la porte était fermée et 5 ou 6 blouses blanches étaient autour du lit. Deux fois on m'a dit de retourner en salle d'attente car les soins n'étaient pas finis, et que le médecin voulait me voir. Peu avant 20h, une doctoresse accompagnée de 2 autres soignants m'a annoncé la nouvelle et qu'elle était à nouveau dans le coma. Elle ne comprenait pas pourquoi ces arrêts respiratoires, qu'elles en étaient les causes exactes. Décision de faire un examen au scanner dans la nuit. Je pouvais les appeler tard dans la nuit pour avoir les premiers résultats. Ce que je viens de faire : elle a une pneumonie ainsi qu'un caillot de sang qui est remonté au niveau des poumons, dû très certainement à sa jambe plâtrée. Elle a été traitée pour ces 2 problèmes et pour avoir un sommeil paisible. Plus amples résultats demain dans la journée.

Mais quand prendra donc fin ce calvaire interminable ? Michèle n'en peut plus car elle souffre trop et depuis trop longtemps. Rien ne lui aura été épargné !

Raymond - 16/11/2016 à 23h30